Yoga Book Club #1

C’est en lisant que l’on a des idées


Yoga Book Club chez Mirz Yoga, Octobre 2019

Voici une sélection de 5 livres qui m’ont le plus inspirée, et ont participé à changé mon appréciation de la philosophie du yoga, du langage que l’on utilise pour parler/décrire/observer la “réalité”. 

Le Yoga Book Club est l’occasion de vous inspirer à les lire, ou de relire vos livres préférés à la lumière des notions abordées. Prendre le temps de s’étonner, de s’émerveiller devant la construction de certaines phrases, les implications de certaines citations.

A Beginner’s Guide to Constructing the Universe – Michael S. Schneider

Michael S. Schneider est un mathématicien américain qui enseigne depuis plus de 40 ans les joies de la découverte des liens entre la Nature, les sciences, les mathématiques et les arts. 

Le titre se traduit “Guide du débutant pour construire l’univers, de 1 à 10.” A travers la numérologie et la géométrie sacrée, il propose d’apprendre à lire dans la Nature, les motifs de l’univers. Son approche permet de comprendre les échelles de microcosme et de macrocosme afin de prendre conscience que tout est question de rapport. Sorte d’alphabet universel, les chiffres traduisent des réalités supérieures et permettent de faire le lien entre les époques et les aires géographiques (le temps et l’espace). 

C’est un livre fondamental pour le Katonah Yoga car il touche aux questions d’archétypes (non psychanalytiques), de voir que nous sommes faits d’une certaine mesure, et qu’en trouvant cette mesure on peut se mesurer au reste du monde (au sens propre comme figuré). 


RIEN NE SE MANIFESTE OU SE PRODUIT SANS LE CONSENTEMENT DE L’UNIVERS

Si nous pouvons voir et comprendre que la nature est une harmonie dans laquelle il y a de la place pour la diversité et dont nous faisons partie, nous voudrons alors nous transformer nous même et nos relations afin de nous aligner avec cette harmonie. 

Tous les dessins universels se trouvent dans les proportions du corps humain qui, nous l’avons vu, peut être reconditionné pour produire les proportions d’un cristal, d’une plante, d’un animal, d’un système solaire et d’une galaxie. C’est comme si l’univers était un seul organisme, motivé par un seul pouvoir, développé de plusieurs façons pour graduellement devenir conscient de lui-même, à travers la conscience des créatures et des forces qu’il produit

Si vous êtes curieux d’aller à la source d’une partie des enseignements du Katonah, pour que vous puissiez intégrer d’autres éléments. (Parle énormément de musique, de Pythagore). Ce manuel permet de voir la Nature d’une autre façon. Bien que parfois ce que M. Schneider avance peut sembler un peu tiré par les cheveux, ces coincidences/correspondances teignent la réalité d’une logique poétique inspirante.  

Bringing Yoga to Life – Donna Farhi

Professeure de yoga depuis une quarantaine d’années, Donna Farhi est aussi auteure de plusieurs livres/manuels. Elle vit en Nouvelle Zélande et organise des formations en Océanie ainsi que dans le reste du monde. Son approche particulière est basée sur l’anatomie et sur le questionnement personnel : elle invite celui qui pratique à d’abord prendre le temps d’une observation initiale, avant de changer de position/d’habitude, de se corriger. 

Ce livre est différent d’un manuel sur les asanas ou pranayam comme Farhi a pu en écrire. Il offre différentes techniques pour faire du yoga une philosophie de vie (ce qu’il est à l’origine). Elle revient donc sur certains fondamentaux spirituels de la pratique : les Yoga Sutra de Patanjali (les différents (8) membres du yoga).   

Cet ouvrage permet aux pratiquants de prendre confiance dans leur connaissance de la pratique et de devenir leur propre maitre, c’est à dire qu’ils sont invités à ne plus forcément dépendre des cours/séquences d’autres yogis mais de s’écouter pour décider ce dont notre corps/esprit a besoin. (Quand nous pratiquons seul.e.s, les enseignements font partie de nous. p.109)

Son approche est très déculpabilisante car ce n’est pas un agenda/calendrier de pratique; elle montre comment le yoga (ses concepts), s’incarne(nt) en dehors du tapis et dans la vraie vie. 

Elle nous remémore l’essence du yoga : ne pas maitriser telle ou telle position, dès lors que l’on est assis ou que l’on calme sa respiration, nous actualisons le but du yoga : l’immobilité intérieure. 

Suis je en train de devenir le monde dans lequel je voudrais vivre?

Le yoga est une expérience participative toujours en cours, et dans laquelle le monde et toutes les parties de notre vie deviennent notre laboratoire.

Habiter la pause entre le désir et la satisfaction et découvrir que c’est à cet endroit/ce moment que réside l’abondance.

C’est un livre très accessible, qui ne nécessite pas un tapis de yoga pour profiter des enseignements de cette philosophie de vie qui approfondissent nos expériences, enrichissent nos relations et nous aident à nous sentir plus connecté au flot continue de la vie qui passe tout autour de nous.

Comme si un professeur était présent pendant notre lecture, Farhi introduit des concepts, les présente et si nous sommes prêts à les recevoir, nous donne des techniques pour les appliquer. Bien sûr, la richesse de ce livre réside dans le fait qu’une seule lecture ne suffit pas: nous devons y revenir, pour pouvoir gouter à plus de saveurs, voir plus de couleurs, s’imprégner un peu mieux des enseignements du yoga.

Où tu vas, tu es – Jon Kabat-Zinn 

Jon Kabat-Zinn est le directeur fondateur (1979) de la Clinique de Réduction du Stress et du Centre de Pleine Conscience à l’Université de Médecine du Massachusetts, et professeur en médecine. Il dirige des ateliers sur la réduction du stress et l’utilisation de la pleine conscience auprès du corps médical et hospitalier. 

Livre qui s’adresse au plus grand nombre, à quiconque souhaite apprendre à méditer, approfondir sa pratique de la méditation. 

L’approche de la Pleine Conscience a été développée dans la tradition bouddhique; mais, par son essence universelle, s’adresse autant aux Occidentaux qu’aux Orientaux. 

Elle consiste en une certaine manière de diriger son attention, en utilisant au maximum les capacités de son esprit et de son corps au cours d’un travail de toute une vie : apprendre à grandir, à guérir et à communiquer. C’est une pratique qui peut se faire n’importe où, à n’importe quel moment. 

L’auteur utilise énormément d’anecdotes, d’exemples tirés de sa propre vie pour montrer que chaque instant peut faire l’objet d’une méditation, d’un temps de pleine conscience.

La conscience n’est pas la pensée. Elle est dans une autre dimension, au-delà de la pensée, tout en l’utilisant et en reconnaissant sa valeur et son pouvoir. L’esprit pensant peut être sévèrement fragmenté à certains moments, la plupart du temps d’ailleurs. C’est la nature de la pensée. Mais la conscience peut nous aider à percevoir que notre nature fondamentale est déjà intégrée et entière. Loin d’être handicapée par le pot-pourri de nos pensées, la conscience est semblable à la marmite dans laquelle mijotent différents aliments : carottes, oignons, poireaux, pommes de terre, etc… cuisant ensemble, finissent par devenir une soupe consistante et nourrissante. Il s’agit ici d’une marmite magique, où il n’y a rien à faire, à part allumer le feu. La conscience est ce feu qui cuit les aliments, aussi longtemps qu’il est entretenu.

A lire pour découvrir la pratique de la pleine conscience, et réapprendre à vous émerveiller de toutes les petites choses de la vie. Chaque instant est l’occasion de faire l’expérience de la conscience, par l’attention sur ses pensées et son corps.

Cinq Méditations sur la Beauté – François Cheng

François Cheng est un poète romancier. Il est né, a grandi et fait ses études en Chine. Il vient d’une famille de lettrés et d’universitaires (ses parents ont fait partie des premiers boursiers envoyés aux Etats-Unis). Son père a travaillé à la fondation de l’UNESCO (spécialiste des sciences de l’éducation). François Cheng a eu l’opportunité de voyager à plusieurs reprises en France et a été chargé d’un cours à Paris VII. Naturalisé français en 1971, il est devenu professeur à l’INALCO en même temps qu’il a travaillé sur de nombreux travaux de traduction de poètes chinois en français, d’essais sur la pensée et l’esthétique chinoise. Elu à l’Académie Française en 2002.

Au cours de cinq soirées (qui ont eu lieu au siège de la Fédération nationale des enseignants de yoga), retranscrites sous formes de 5 textes, François Cheng propose des méditations sur la beauté qui se dévoile selon lui grâce à l’entrecroisement et l’interpénétration. La beauté n’est donc pas donnée comme telle, elle est (inter)relationnelle, entre les êtres, et entre les êtres et l’Être. Fortement inspirées de la philosophie chinoise (TAO*), au vide médian qui permet de faire le lien entre les choses, dans les choses, ces méditations sur la beauté, sur la vie (l’esthétique liée à l’éthique), sont comme des portes qui nous permettent de traverser des états de contemplation, de réflexion avant l’incarnation.  *Tao = voie de la vie ouverte. 

Si l’on s’en tient au corps physique, c’est un espace terriblement restreint. Si l’on admet et accepte le corps spirituel, cad le corps animé par le souffle de l’esprit, l’infini est virtuellement là, encore faut il que ce corps spirituel s’éveille et entre en échange, en résonance avec le souffle qui anime l’univers vivant, car l’infini, c’est ce qui n’en finit pas de jaillir vers la vie ouverte.

Les Petits Vertiges – Ito Naga

Né en 1957. Ito Naga est astrophysicien et poète. Il a travaillé à la NASA et à l’Agence spatiale européenne. Je sais, son premier livre, publié à Cheyne, a été réédité de nombreuses fois et traduits dans plusieurs langues. 

Sous la forme de fragments, de textes brefs, teintés d’humour et de profondeur, Ito Naga propose d’observer et de redécouvrir l’infinité de sens et de directions qui se trouve dans chaque chose, chaque personne, chaque moment. Paul Eluard disait “le poète est celui qui inspire bien plus que celui qui est inspiré”, sans douter que Naga fut très inspiré par son vécu, il donne au lecteur la possibilité de trouver sa propre voie dans les voyages qu’il dépeint. 

Il peut y avoir beaucoup de mots dans une phrase. Et beaucoup de choix pour chaque mot. Au total, cela fait beaucoup de possibilités.

Et parfois naissent des petits vertiges.

A lire pour vous sentir inspiré, pour éprouver de petits vertiges littéraires qui permettent de remettre en place, de rediriger son attention vers l’ensemble, la multitude (de) possible(s), la voie ouverte. 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s